Retour à la page d'accueil

1894-1913 1914 1915-1923 1924 1925 1926 1927 1928 1929 1930 1931 1932 1933 1934 1935 1936
1937 1938 1939 1940 1941 1942 1943 1944 1945 1946 1947 1948 1949 1950 1951 1952 1953 1954
1955 1956 1957 1958 1959 1960 1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967 1968 1969 1970 1971 1972
1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979 1980 1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990
1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 et suite

«««     1959     »»»

±± Année des 45 ans, de la publication de La Vaisselle des évêques, du dernier été à Gordes.

10 février. Lettre à sa mère de Paris. « J’attends chaque jour les épreuves de mon bouquin et elles ne sauraient tarder. En avril, on verra mon bouquin dans les librairies suisses et françaises. J’éspère que ma situation s’améliorera à partir de cette publication. J’ai fait une demande de naturalisation française afin de pouvoir bénéficier des avantages de la citoyenneté gauloise. […] Si ma nouvelle n’a pas paru dans la Feuille d’Avis, c’est que les illustrations de G. de Palézieux sont arrivées trop tard. Mais le journal la garde pour Noël 1960. A ce moment, je serai plus célèbre car je crois beaucoup au succès de La Vaisselle des Evêques. [...] Il est possible que j’aille à Collombey durant quelques jours pour corriger dans la paix mes épreuves. A Gordes, la saison ne sera pas assez clémente. »

28 mars. Lettre à Gustave Roud de Paris. Conservée au CRLR. Même jour. Lettre à sa mère de Paris. « Je serai à Lausanne chez les Graff mardi soir 31. Je viens corriger les épreuves de mon livre dans la tranquillité. / Nous déjeûnerons ensemble le jour de ton anniversaire, le mercredi 1er avril. Je m’en réjouis beaucoup. / A tout de suite. »

Séjour en Suisse à partir du 31 mars. S’y trouve encore le 19 avril.

7 avril. Lettre de J. Festy, chef de fabrication chez Gallimard, qui se dit consterné des corrections apportées aux épreuves de La Vaisselle des évêques. 22 avril. Lettre à sa mère de Paris. « J’ai trouvé à Paris les secondes épreuves de mon livre et d’ici 3 semaines, on le verra dans les librairies lausannoises. / Ce petit séjour en Suisse m’a fait du bien physiquement. J’ai pu travailler avec le maximum de paix ; cela est bien précieux. […] Dans une semaine, je vais remplacer quelqu’un chez un antiquaire. Cela me fera des sous pour les vacances. / Donc en juin vraisemblablement. »

15 mai. Achevé d’imprimer de La Vaisselle des Évêques. L’exemplaire personnel de GB contient une auto-dédicace : « Roman écrit à Urbino, été 1958. Achevé à Vallauris et Paris. »

3 juin. Lettre à sa mère de Paris. « Ma chère Maman, je suis bien déçu que tu trouves vulgaire mon histoire d’amour. Ce n’est pas ce que l’on me dit ici. Ce n’est pas vulgaire que de parler franchement de la passion. Puis, surtout, tu fais cette confusion que tu as déjà faite avec le Préau : il ne s’agit nullement du récit de mes amours défuntes ou de mon enfance. Le romancier a tous les droits et celui d’inventer. Tu le vois bien puisque j’ai décrit un père que je n’ai pas Bref ! Il n’y a pas de quoi avoir peur. Il serait plus simple que tu ne cherches pas à lire les choses qui ont réellement existé. Je raconte ce que je veux. C’est tout l’art de l’écrivain et vulgaire, je ne suis pas. Ta lettre est bien froide. Tu ne me dis pas ta joie de voir ce livre enfin paru. Tu ne me donnes pas de détails, ni ne me parles des réactions des journaux suisses que je ne reçois pas à Paris. Il paraît que la Tribune de Lausanne a parlé de moi. Cela m’aurait fait plaisir d’avoir un numéro de ce canard ou l’article découpé. / Je ne pense pas aller à Lausanne avant l’automne, car on va présenter mon roman pour les prix et à ce moment, il sera intéressant de faire une séance de signature. »

6 juillet. Carte postale de Daniel Simond évoquant le plaisir qu’il a pris à lire La Vaisselle des évêques. 8 juillet. Carte postale à sa mère de Noirmoûtiers. « Ma chère Maman, je suis venu passer quelques jours à Noirmoûtiers chez Claire Ste. Soline. L’océan est devant ma fenêtre et je vois les marées monter et descendre. Je reste ici jusqu’à dimanche 12 juillet et repartirai de Paris le 15 juillet pour Gordes que je quitte définitivement cette année. » 15 juillet. Lettre à sa mère de Paris. « Je reviens de Noirmoûtiers (je t’ai envoyé une carte !) où j’ai été invité dans la propriété de Claire Sainte-Soline qui a un rôle important dans le jury du prix Fémina. Ce fut un séjour délicieux et trop court. Je souhaite qu’il pourra influer sur les délibérations de ces dames. / Dans quelques jours je vais aller à Gordes que je liquiderai cette année. On verra ce que je peux faire de mes meubles. […] Est-ce que la Feuille d’avis a parlé de mon livre ? Et dis-moi ce que l’on en dit autour de toi [...] Il paraît que l’émission que j’ai faite avec Zbinden a passé sur les ondes. On me dit que le Journal de Genève a parlé de moi. » 27 juillet. Carte postale à Gustave Roud de Lourmarin (Vaucluse).

16 août. Lettre à sa mère de Gordes. « Ma chère maman, je suis arrivé ici il y a 3 semaines dans un grand état de fatigue. C’est la dernière année que j’ai cette maison et je suis un peu triste de l’abandonner. J’éspère trouver une solution de remplacement. / J’y resterai jusqu’à la fin septembre afin de me préparer aux évènements de cet automne. Il paraît qu’en Suisse on parle de mon bouquin un peu partout, ainsi qu’à Paris, mais ici je suis privé de la presse et je n’entends plus rien. Si tu sais quelque chose, tu me le diras. / Je vais partir dans une semaine passer quelques jours chez Juliette à Vallauris près de Golfe-Juan. Ainsi profiterai-je un peu de la mer qui convient si bien à ma santé. Je voudrais bien que tu puisses être avec moi. Si jamais j’ai un prix littéraire cet automne, je te promets que nous irons passer une dizaine de jours à Venise, une fois que tous les touristes seront partis. Il paraît que Venise est très beau, l’hiver. / Madame Schogauer, horloger, va recevoir 60–frs. de l’Imprimerie Sautter et Roth. J’écris pour la revue du Guillon un texte sur Glérolles et je sais payer une partie de mes honoraires à cette adresse d’horloger. » 29 août. Carte postale à sa mère de San Remo (Italie). « Chère Maman, avec Juliette, je suis en excursion d’un jour dans une ville frontière, en Italie. […] Le journal Elle de cette semaine parle de moi. » Juliette P. signe aussi.

22 septembre. Lettre à sa mère de Gordes. « Avant de partir sur la côte et 24 heures en Italie, je t’ai écrit une lettre, puis une carte de San Remo que Juliette signa. […] As-tu encore entendu parler de mon livre, soit dans les journaux, soit autour de toi ? Qu’en pense, par exemple, Hélène Magnenat ? » 23 septembre. Lettre à sa mère de Gordes. « Il est étonnant que Madame Magnenat n’ait pas acheté encore mon livre. Est-ce qu’elle s’est imaginée que je devais le lui offrir ? C’est mon seul gagne-pain et combien hasardeux. Les gens disent aimer votre talent et quand ils ont l’occasion de le prouver, il n’y a plus personne. […] As-tu lu dans "Elle", comme je te l’ai écrit, que mon nom était cité pour les prix de fin d’année ? […] L’immeuble que j’habite à Paris va être démoli et je serai, donc, relogé par la ville, mais où ? A une porte, dans la banlieue ? Je quitte Gordes, je vais quiitter la rue Froidevaux. C’est une existence de nomade. » Fin du mois : quitte définitivement la maison de Gordes, en train.

«««     1959     »»»

1894-1913 1914 1915-1923 1924 1925 1926 1927 1928 1929 1930 1931 1932 1933 1934 1935 1936
1937 1938 1939 1940 1941 1942 1943 1944 1945 1946 1947 1948 1949 1950 1951 1952 1953 1954
1955 1956 1957 1958 1959 1960 1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967 1968 1969 1970 1971 1972
1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979 1980 1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990
1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 et suite