Retour à la page d'accueil

1894-1913 1914 1915-1923 1924 1925 1926 1927 1928 1929 1930 1931 1932 1933 1934 1935 1936
1937 1938 1939 1940 1941 1942 1943 1944 1945 1946 1947 1948 1949 1950 1951 1952 1953 1954
1955 1956 1957 1958 1959 1960 1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967 1968 1969 1970 1971 1972
1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979 1980 1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990
1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 et suite

«««     1964     »»»

±± Année des 50 ans.

18 avril. Lettre à Bertil Galland de Paris. « Cher ami, / Vous permettez que je vous appelle “cher ami”. Il me semble que je puis le faire depuis cette excellente soirée passée en votre compagnie la vôtre et celle des collaborateurs d’ECRITURE, dans une pinte du Petit-Chêne. C’est un de mes très, très bons souvenirs. »

24 mai. Lettre à Gustave Roud de Paris. Conservée au CRLR.

Juin. Manuscrit autographe à propos de la peinture de Fernand Dubuis. Début des traces de négociation pour vendre son buste par Germaine Richier (photo de la scupture dans les objets du chapitre En images).

3 août. Lettre à Pierre-Olivier Walzer de Paris. « Mon bien cher Pierrot, / j’ai beaucoup regretté d’avoir manqué ta communication à la Sorbonne. J’étais à Dieppe, plutôt au château de Miromesnil où, paraît-il, est né Guy de Maupassant pour fermer une maison que je n’ai jamais habitée, faute de moyens pour la mettre en état. Je n’avais que des affaires à y enlever, vaisselle et vieilles chaussures. / Je me suis occupé de toi très attentivement ces derniers temps : je t’ai fait figurer dans le dictionnaire des Grands Ecrivains, édité par Mazenod qui m’avait chargé d’établir une biographie succinte des espoirs littéraires romands. J’aurais été bien malheureux que tu n’y figurasses point. / Tu auras appris par Pierre Domec le refus Gallimard. C’est une sombre histoire qui a failli me noyer dans le désèspoir. Je te raconterai ce qu’il s’est passé. Oh, ne crois pas que mon livre soit mauvais, loin de là. Tu le liras. Je l’ai revu de très près. Ce n’est pas les quelques maladresses de langage qui ont été la réserve déterminante, selon ce que disent les mauvaises langues. De toutes façons le volume paraîtra chez Grasset. Mais cela te sera expliqué en détails. / Je t’écris aussi pour ceci qui est essentiel : serais-tu prêt à envoyer, de ma part, à Pierre Jean Jouve, chalet Beau-Soleil à Gstaad (Oberland) l’exemplaire Egloff 1942, je crois, du Paradis perdu ? Jouve en cherche un pour permettre la ré[é]dition aux Cahiers-Verts du même ouvrage, mais version Luf qui est la dernière. Merci, si tu le pouvais et informe-moi de ce que tu auras pu faire. Nous te ferons imprimer un exemplaire nominatif sur grand papier. Merci. […] Tu ne m’as jamais dit – ce n’est pas un reproche car mes fautes sont nombreuses en ce domaine – si tu avais reçu le Second Nouveau par la poste ? » 13 août. Délivrance d’un passeport. 25 août. Lettre à Pierre-Olivier Walzer de Paris. « Tu as raison, en effet, de dire que nrf n’est pas le Pantheon des lettres, cependant j’étais dans cette maison, je m’y croyais aimé, soutenu... Tu verrras que mon livre est excellent, selon Arland meilleur encore que le Préau. Claude Roy m’a démoli : raisons personnelles ; le prétexte helvétismes, ce qui est probable. Enfin Grasset est une excellente maison. Je suis heureux d’y être aimé. / Le petit copain de Pro Helvetia faisait, lui, des réserves d’ordre moral. De ça je ne tiens pas compte, évidemment. / Ceci encore : n’envoie pas à Jouve le paradis perdu. Je l’ai trouvé à Paris ; il est dans ses mains. »

«««     1964     »»»

1894-1913 1914 1915-1923 1924 1925 1926 1927 1928 1929 1930 1931 1932 1933 1934 1935 1936
1937 1938 1939 1940 1941 1942 1943 1944 1945 1946 1947 1948 1949 1950 1951 1952 1953 1954
1955 1956 1957 1958 1959 1960 1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967 1968 1969 1970 1971 1972
1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979 1980 1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990
1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 et suite