Retour à la page d'accueil

1894-1913 1914 1915-1923 1924 1925 1926 1927 1928 1929 1930 1931 1932 1933 1934 1935 1936
1937 1938 1939 1940 1941 1942 1943 1944 1945 1946 1947 1948 1949 1950 1951 1952 1953 1954
1955 1956 1957 1958 1959 1960 1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967 1968 1969 1970 1971 1972
1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979 1980 1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990
1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 et suite

«««     1991     »»»

±± Année des 77 ans.

14 janvier
. Cérémonie de remise du Prix de consécration de l’Etat du Valais 1990 à Sion. 22 janvier. « Autour d’un livre », rencontre organisée par L’association des écrivains neuchâtelois et jurassiens, la Société du livre contemporain, la Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel. 31 janvier. Lettre à Pierre-Olivier Walzer de Paris. « Mon bien cher P.O., chère Simone, / Oui, j’étais quelque peu las de mon passage à Berne. La fatigue après les cérémonies officielles et restauratrices de Sion […] et la déception que notre dimanche au bord de l’Aar ait été “perturbé” par cette créature retour du Koweit et d’un champ d’orchidées et dont les propos faisaient l’imbécillité et la prétention. Me faire ça à moi qui suis privé par trop de votre présence affectueuse m’a paru au-dessus de mes forces. Puis il y a eu Zürich, Berne, Neuchâtel sous la protection généreuse mais étouffante de la Présidente jurassienne... tout de même la surprise de rencontrer le cher Paul Cuttat de bonne compagnie et de notre espèce. Pardonnez-moi ! Je suis heureux de me retrouver dans ce Paris de guerre lointaine et du rapprochement avec mon chat. / Je vous embrasse et Merci ! Georges »

21 février. Musée Jenisch, à Vevey, « Commentaire de quelques œuvres majeures par Monsieur Gerges Borgeaud écrivain “Autour de la peinture et de la poésie” », rencontre organisée par Arts et Lettres de Vevey.

16 juillet
. Lettre à Pierre-Olivier Walzer du Grès, Calvignac. « Merci de tout cœur pour l’envoi du beau Dictionnaire des littératures suisses. […] Je t’avouerai que je regrette que tu n’aies pas été mon présentateur. Il me semble que tu aurais mieux cerné ce qu’il y a d’indiscernable dans mes tentatives d’écrivain. Bien entendu Jean Roudaut est une signature qui m’intimide d’autant plus que je ne suis pas certain d’appartenir à ses choix secrets. Pourtant, il m’a toujours soutenu en allant si loin dans ses analyses que je suis souvent devant lui en état d’intimidation. Je connais déjà des gens qui s’étonnent de cela et qui envient le fait d’être considéré comme un écrivain peut-être difficile, tout au moins simple qu’il ne paraît. D’ailleurs, il est vrai, mon intention n’a jamais été d’être explicable, encore moins d’obscurcir mes sources. C’est simplement de savoir qu’on ne peut rien définir qui me permet quelques obscurités. »

9 septembre
. Lettre à Pierre-Olivier Walzer du Grès, Calvignac. « Mon cher P.O. / et chère Simone / je rentre enfin à Paris demain. L’été a brûlé les arbres et toutes les énergies créatrices. / L’année prochaine, ce sera la fraîcheur des alpes. »

10 novembre. Lettre à Pierre-Olivier Walzer de Paris. « Mon cher Pierrot, / je suis heureux de t’avoir un peu convaincu à propos de l’homosexualité de Ch. A., de sa pédérastie plutôt. Je confirme l’avoir vu entouré d’une nuée d’enfants où les garçons plus impertinents et audacieux que les petites filles étaient plus nombreux et plus bruyants. C’était tout à la fois touchant et malaisé pour le spectateur que j’étais, particulièrement dans le vignoble vaudois du lavaux. Je rejoignais souvent Bosshard à Riex pour un souper, une réunion autour du musicien Victor Desarzens. Ainsi ai-je vu Ch. A. monter de la gare de Cully à pied jusqu’à Riex, entouré d’une ribambelle de gamins mais, en effet, je n’ai jamais vu notre grand homme être familier dans les gestes, sinon les gosses se seraient écartés. Une caresse dans les cheveux ébouriffés et c’est tout. L’animal-enfant se serait méfié de trop de familiarité. […] Je crois qu’après t’avoir révélé “l’infirmité” biologique de C.A. on comprend que le sentiment pédérastique s’était mué en une recherche de tendresse plus qu’un appel de coït. Mais je n’en sais rien ! De toutes façons, qu’il préférât les garçonnets aux fillettes c’est presque fatal car il est plus difficile d’entourer des filles que des garçons quand on sait (il savait) qu’il ne pouvait aller très loin. Une fois encore, je n’en sais rien car j’ai eu un pouvoir normal sur ces jeux du sexe ! […] Je te renvoie ton texte et te remercie de me l’avoir envoyé. Il est indiscutable. Parleras-tu, à propos de Rome, des démarches de Claudel pour faire libérer Ch. A ? S’il était ainsi dévoué, je crois qu’il ne l’aurait pas fait pour un acte homosexuel (ou même sur une fillette) bien qu’il ait admirablement et par admiration toujours déchargé Rimbaud de son vice, alors qu’il fustigeait Gide à ce propos ».

16 décembre
. Attribution d’une bourse « destinée à l’encouragement de la création littéraire ». « Monsieur Georges Borgeaud se déclare prêt à écrire, à la demande de la fondation Pro Helvetia l’œuvre suivante : - genre littéraire : Essais, réflexions, pensées, diversités / - titre provisoire : Absurdités. » 26 décembre. Lettre à Pierre-Olivier Walzer de Paris. « A propos de mon Ch.A.C. à la Manufacture, il est tombé à l’eau. La collection qui êtes-vous de sieur de Paepe s’est cassée la gueule. Par conséquent, je suis libre et déjà pris car j’avais imprudemment signé pour ce petit travail un contrat avec Fribourg pour la collection romande des éd. universitaires. »

«««     1991     »»»

1894-1913 1914 1915-1923 1924 1925 1926 1927 1928 1929 1930 1931 1932 1933 1934 1935 1936
1937 1938 1939 1940 1941 1942 1943 1944 1945 1946 1947 1948 1949 1950 1951 1952 1953 1954
1955 1956 1957 1958 1959 1960 1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967 1968 1969 1970 1971 1972
1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979 1980 1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990
1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 et suite