Retour à la page d'accueil

1894-1913 1914 1915-1923 1924 1925 1926 1927 1928 1929 1930 1931 1932 1933 1934 1935 1936
1937 1938 1939 1940 1941 1942 1943 1944 1945 1946 1947 1948 1949 1950 1951 1952 1953 1954
1955 1956 1957 1958 1959 1960 1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967 1968 1969 1970 1971 1972
1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979 1980 1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990
1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 et suite

«««     1992     »»»

±± Année des 78 ans, de la thèse de Christine Schnidrig-Arquembourg.

26 février
. Conférence à l’université de Zürich.

4 avril. Lettre de Frédéric Wandelère.« J’ai écouté trois fois déjà la première heure de notre entretien et une fois la seconde. J’avais – je ne sais pourquoi – quelques craintes : tout à fait à tort ; au total, il y a bien plus d’une heure entière absolument passionnante. J’ai pris un immense plaisir à vous réécouter. J’ai voulu vous le dire tout de suite. » Il s’agit des entretiens préliminaires au film qu’il prépare avec la réalisatrice Dominique de Rivaz, Georges Borgeaud ou les bonheurs de l’écriture.

Juin. Réédition de La Vaisselle des évêques. 1er juin. Lettre à Pierre-Olivier Walzer de Paris. « Mon cher Pierrot, il y a bien longtemps que je voulais t’écrire après cette soirée si fraternelle et taquine chez Christine [Schnidrig-Arquembourg]. Quelle fille intuitive, intelligente, de grande dimension dans ses recherches. Je te remercie de l’avoir mise sur mes écritures. Je ne pouvais désirer mieux. Avec elle, je ne me sens pas amené dans des chemises que je ne fréquente pas. […] Oui l’article de Jacques Chessex est excellent et je ne m’en plains pas, sauf que je n’ai pas encore 78 ans mais ça s’approche. Jacques est aussi fulgurant dans l’éloge que dans la polémique. Oui, quel écrivain ! Mais son érotisme ne passe pas dans ma nature puritaine. Je lui ai dit que ses lignes avaient été pour moi une cathédrale qui me tombait sur la tête. Quelle surprise ! […] L’Université ne m’a pas renvoyé la photo de Blaise Cendrars, signée. Je ne veux pas la voir partir chez un particulier. Il n’est pas nécessaire de la réencadrer mais j’y tiens. D’ailleurs tout cela ira quelque part, à ma mort. En Suisse ? mais je n’y suis guère encouragé. Délémont ne m’a fait aucune proposition nouvelle. […] On m’a volé 2 stylos au[x]quels je tenais, un Mt-Blanc et un Waterman. / Je suis découragé et mon écriture est médiocre. » 23 juin. Contrat avec Les Productions Crittin & Thiébaud SA pour le film Georges Borgeaud ou les bonheurs de l’écriture. Dates de tournage à Calvignac : « les 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27 juin 1992 ».

15 juillet. Lettre de Frédéric Wandelère. « Merci pour votre magnifique présence. » 19 juillet. Lettre du même. « Heureux d’apprendre que Gallimard réédite La Vaisselle. J’essaierai d’en faire parler ici ou là. C’est une très bonne nouvelle. Ils viendront te demander de reprendre Italiques en collection blanche... !!! » Propositions de musique pour la fin du film.

22 septembre
. À Paris. Déjeune chez Lipp à midi, seul : « ½ Badoit, 50cl de Brouilly, 1 sole meunière, 1 jambon de parme, 1 munster, 1 fontainebleau ».

4 décembre. Lettre de Frédéric Wandelère. « J’écoute les bandes du film ; c’est un vrai bonheur d’entendre votre voix, vos saillies, vos reparties... et quelquefois, ici et là, un oiseau chanteur qui se met de la partie. » 7 décembre. Lettre à Pierre-Olivier Walzer de Paris. « D’autre part je dois m’arrêter à Lausanne où les éditions 24 heures me doivent une petite pincette de droits d’auteur, de quoi payer l’hôtel (à Lausanne), la nuit du 16 au 17 décembre. Je repartirai le lendemain donc sans précipitation pour Fribourg où je peux vous attendre au buffet de la gare, par exemple. Nous rentrerons ensemble dans le saint des saints universitaires, ce qui ajoutera à ma gloire et à mon plaisir. Le soir, selon la proposition du docteur en lettre C. S., nous dînerons, paraît-il, au Bellevue de Berne où, bien entendu, vous serez nos glorieux amis. Puis je repartirai le lendemain pour Paris, après avoir dormi chez les délicieux compatriotes d’Aznavour. / Ah ! si tu pouvais récupérer ma photo Cendrars, quelle joie ! Ça ne doit pas être difficile. Bien entendu tu auras bientôt (très) un petit texte sur CAC. » 10 décembre. Lettre à Pierre-Olivier Walzer de Paris. « Cher Pierrot, ce petit mot pour te dire que j’arriverai à Fribourg à 12.26 h. Si tu arrives avec Simone à la même heure chez les Zärighen (?), ce sera une joie. Je resterai au buffet de la gare jusqu’à l’heure où ma présence sera nécessaire à l’Université. Peut-être que Wandelère me tiendra compagnie jusque là car je ne sais point à quelle heure sera soutenue la thèse de Christine. On ne m’a rien dit à ce propos. » 17 décembre. 14 heures. Soutenance de thèse de Christine Schnidrig-Arquembourg, dirigée par le professeur Giraud, université de Fribourg, « Georges Borgeaud ou le salut par l’écriture ».

«««     1992     »»»

1894-1913 1914 1915-1923 1924 1925 1926 1927 1928 1929 1930 1931 1932 1933 1934 1935 1936
1937 1938 1939 1940 1941 1942 1943 1944 1945 1946 1947 1948 1949 1950 1951 1952 1953 1954
1955 1956 1957 1958 1959 1960 1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967 1968 1969 1970 1971 1972
1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979 1980 1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990
1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 et suite